Ce sont de grandes figures de sainteté qui veillent sur la fin du mois de juin pour nous introduire au temps de l’été : saint Jean-Baptiste, saint Irénée, saints Pierre et Paul, comme un plongeon dans les racines de notre Église, de ces figures qui ont tout donné pour le Christ jusqu’à leurs propres vies. C’est Amaury Martini, ordonné prêtre le 27 juin, qui nous a témoigné que des hommes et des femmes sont encore prêts aujourd’hui à tout donner pour le Christ. Se savoir aimés et désirés par Dieu depuis toute éternité nous presse à témoigner de cet amour en nous donnant à la suite de Jésus. Et si ce temps de l’été était un temps pour nous reposer mais aussi pour nous reposer les bonnes questions, pour revenir aux fondements de notre vie ?
La Création nous interpelle : notre « maison commune », notre « sœur terre », comme l’appelle le Pape François dans l’encyclique Laudato Si’. Sa beauté, sa complexité, sa diversité sont sources d’émerveillement et de contemplation. En quoi la contemplation de la Création élargit notre cœur à un amour qui nous précède et qui nous devance ? Que faire pour que notre annonce de la présence de ce Dieu aimant, bon et miséricordieux pour toute personne soit toujours plus audacieuse ?
Dans la foi et la confiance, nous percevons l’histoire comme un lieu de la Révélation de Dieu, de son désir de sauver toute personne. En quoi cette année m’a-t-elle permis d’approfondir ma foi, de découvrir une nouvelle dimension au Cœur du Père ?
Enfin, nos frères et sœurs en humanité et nous-mêmes avons été malmenés tout au long de cette année. Pour quels gestes de solidarité, de proximité puis-je rendre grâce à Dieu ? Qu’est-ce que cela m’inspire pour la rentrée ?
Voilà un beau cahier de vacances pour cet été. Bon repos et que Dieu vous bénisse !
p. Nicolas Charrier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut